ARTICLES ASTRONOMIE

Exploration spatiale
mars60 Des tsunamis géants auraient déferlé sur Mars
Par mars60 - Administrateur



Une nouvelle étude suggère que l’impact de météorites aurait déclenché d’immenses vagues atteignant 120 mètres de haut, sur un océan – aujourd’hui disparu – de la planète rouge.

Il y a quelque 3,4 milliards d’années, d’énormes objets célestes plongent dans l’océan glacial qui recouvre l’hémisphère nord de la planète Mars. Les impacts provoquent d’immenses vagues qui parcourent la surface de l’eau et submergent le rivage. C’est l’hypothèse que propose une équipe de scientifiques à partir d’analyses géomorphologiques et d’images thermiques de la planète rouge. Leurs résultats ont été publiés le 19 mai dans Nature Scientific Reports.

“Si l’idée résiste à un examen plus approfondi, elle pourrait aider à clore les discussions de longue date quant à savoir si Mars possédait une ancienne mer au nord”, écrit Nature. Pour étayer leur hypothèse, les chercheurs se sont penchés sur les traces de ce qu’ils considèrent comme un ancien rivage, “comme l’anneau laissé dans une baignoire lorsque toute l’eau est évacuée”, illustre Nature. Problème : le prétendu rivage n’est pas visible partout où il devrait l’être.

Des cratères de 30 kilomètres de diamètre.

Selon Alexis Rodriguez, spécialiste de Mars à l’Institut de la science planétaire de Tucson aux Etats-Unis et principal auteur de l’étude, “des mégatsunamis pourraient avoir effacé le rivage”. Avec ses coauteurs, il a “démontré que deux énormes tsunamis – possiblement déclenchés par l’impact de météorites ayant laissé des cratères de 30 kilomètres de diamètre – auraient eu lieu à quelques millions d’années d’intervalles”, est-il précisé dans la publication.

Ce n’est pas la première fois que l’hypothèse de tsunamis sur Mars est évoquée, et cette nouvelle étude est cohérente avec celle, plus ancienne, de Timothy Parker, chercheur au laboratoire Jet Propulsion de la Nasa, l’un des premiers à avoir émis l’idée originale qu’il puisse y avoir eu un océan martien dans l’hémisphère nord.

Il y aurait de l’eau liquide sur Mars

“Rodriguez est maintenant à la recherche de preuves de tsunamis dans d’autres parties de Mars, poursuit Nature, ainsi que d’analogies sur la Terre qui pourraient l’aider à mieux les comprendre.” Le chercheur devrait se rendre cet été au Tibet afin d’y étudier les froids lacs d’altitude qui lui donneront “un aperçu des lacs martiens d’il y a longtemps”, conclut Nature.

Mars et la Terre plus proches que jamais

En parallèle de cette actualité martienne, la Nasa a mis en ligne une nouvelle image de la planète, telle une bille irisée, dévoilant des détails de sa surface. Elle a été prise le 12 mai, alors que Mars ne se trouvait qu’à 80 millions de kilomètres de la Terre. Le 30 mai, “seulement” 75,3 millions de kilomètres sépareront ces deux planètes. Ce sera la distance la plus courte de ces onze dernières années.

Source : courrierinternational.fr






Ajouter un commentaire